Biographie et démarche artistique

Biographie Biography

Derrière le pseudonyme de Metabisulfide se cache Carole Cipone, née en 1980 à Forbach en Moselle. Après des études dans le tourisme et l’animation, en 2001, elle s’achète avec son premier salaire, un appareil photo argentique.

En autodidacte, elle se lance dans les balbutiements de la prise de vue sans oser sortir des « standards ». En 2005, changement de vie, elle démarre une formation d’infographiste, ce qui l’oblige à porter un nouveau regard sur ce qui l’entoure et passe à la photographie numérique : elle affine le cadrage en optant pour le format carré, se concentre sur les détails et le côté abstrait, s’attarde sur des couleurs et des contrastes marqués…

Behind the pseudonym of Metabisulfide hides Carole Cipone, born in 1980 in Forbach (Moselle, France). After tourism studies, in 2001, she buys herself an argentic camera, with her first salary.

As a self-taught artist , she started photography. In 2005, a major life change, she’s  started a graphic design training, which  compelled her to have a new outlook at what surrounds her and has begun to  experiment digital photography: she started refining the framing by opting for the square format, focusing  on details and abstract side, loitering  over colors and marked contrasts…

Démarche artistique Artistic process

Une société nait, se construit, se développe puis mue et se mélange avec d’autres civilisations et devient autre chose : une nouvelle humanité.
Dans une société, un objet est créé pour une fonction spécifique, construit pour un usage particulier. Il est utilisé puis il est considéré comme obsolète et on l’abandonne, sans forcement le détruire. Il devient orphelin de sa propre raison d’être, on en oublie son rôle premier, le temps qui passe l’use, le malmène, le transforme. En effet, la notion même de temps, implicitement abstraite nous amène à cette réalité vulgarisée : « rien ne se perd, tout se transforme ».
Dans le néant qui est devenu le sien, au cœur de sa société matérielle, pas même conscient de sa propre existence, l’objectif de mon appareil transforme l’objet à son insu et lui redonne une nouvelle dimension existentielle, sortie de son atmosphère originelle. Dans un contexte complètement éloigné de sa raison d’être initiale, l’affranchissant de son histoire par une nouvelle interprétation.
Mon œil, point névralgique de ce processus de transformation symbolise, l’entre-deux, la mue de l’objet de sa réalité à une autre.
En contre point de la notion d’anthropologie (étude de l’homme et des groupes humains), ma démarche artistique tend à évoluer dans la sphère que l’on nommera « l’entitologie » : étude de l’objet et des groupes d’objets. Objet tu as été, matière tu es, entité autre tu deviendras, une fois mon œil passé par là.
Au départ, ce n’était qu’une expérimentation qui est devenue avec le temps un style, mon style. Le format carré permet une autre approche de la photographie et du cadrage avec certaines contraintes qui donnent une force aux clichés et à ce qu’ils représentent.
Le format carré de manière générale, n’est à ce jour, absolument pas le format privilégié des photographes, n’en déplaise, intuitivement, c’est le mien, celui que j’explore sans limite.

A society comes to life, builds and expends itself, changes and mixes with other civilizations and finally becomes something else: a new humanity.
In a society, an item is created for a specific function, built for a particular purpose. It is used at first, then it is considered as obsolete and abandoned. Without necessarily destroying it. It becomes an orphan of its own existence, we forget its primary function, time which elapses generates damages on it, mishandles or transforms it. Indeed, the true meaning of time, implicitly abstract, brings us to this vulgarized reality: “nothing is lost, everything is transformed”.
In that nothingness which became his own destiny, in the heart of his material world, not even conscious of his own existence, the lens of my camera transforms the object without his knowledge and gives it a new existential dimension, exiting its original atmosphere. In a context far away of its original reason for being, on which grafts its history by a new interpretation.
My eye, the neuralgic point of this process of transformation symbolizes, the in-between, the change of the object, from one state of its reality to another.
In opposition to the concept of anthropology (the study of humanity and of human groups), my artistic approach tends to evolve in the sphere that will be called “entitology”: study of the object and of the object groups. You have been an object, you are material, you will become another entity, once my eyes will have passed by.
At first, it was only an experiment that has become, time after time, a style, my style. The square format allows another approach to photography and framing with certain constraints that give strength to the pictures and what they represent. Up to date, the square format in general, is not absolutely the privileged format used by photographers, no offense, intuitively, it is mine, the one I explore without limit.

Membre de la Galerie Ward-Nasse (Sussex, NJ 07461, États-Unis) Member of the Ward-Nasse Gallery (Sussex, NJ 07461, USA)